Catherine_Barba

Catherine Barba, Fondatrice de Catherine Barba Group

Catherine_Barba

Serial Entrepreneure et Reine de l’E-commerce….

 

Et voilà Décembre, déjà… Frenchy est sur le point de boucler son tout premier tour de piste !

J’en profite pour tous vous remercier pour votre soutien et fidélité ! On approche des 4000 visites par mois ! Pour un sujet aussi niche et surtout un seul et unique post mensuel, cela montre bien que l’on est ici, entre passionnés et ça c’est un vrai privilège !

Alors, vous imaginez bien que pour l’occasion, j’ai souhaité, une fois de plus, vous réserver une superbe rencontre !

Vous savez, il y a des gens qui, à chaque fois que vous les croisez, vous rechargent littéralement d’énergie positive, d’envie de faire et de bien faire, ou du moins d’y mettre tout son cœur, par la seule bienveillance qu’ils affichent en toute circonstance… Si je me laissais aller à une envolée lyrique, je vous dirais que c’est la politesse des Rois !

Et bien, en l’occurrence, il s’agit d’une Reine, une reine de l’e-commerce, serial Entrepreneure, Administrateur et Investisseur dans plusieurs startups françaises et élue Femme en Or et Femme d’Entreprise en 2011 ! C’est donc avec un immense plaisir que j’accueille, ce mois-ci, sur Frenchy : Catherine Barba !

De la création du pôle Digital d’Omnicom Media Group, à ses débuts, en passant par la direction d’iFrance aux côtés de Marc Simoncini, puis en tant que fondatrice de Cashstore puis Malinea Conseil et maintenant de son propre cabinet de conseil, Catherine Barba Group, le parcours de Catherine est emblématique à bien des égards et surtout me donne l’occasion de revenir sur plusieurs éléments constitutifs de ce qui fait un entrepreneur et de ce qui forge la culture entrepreneuriale ! Ces éléments sont autant de retours d’expérience et de messages d’encouragement et Catherine les restitue si bien, à longueur d’interviews et d’interventions publiques !

Il y a d’abord cette notion de confiance qu’il faut savoir témoigner à un entrepreneur en herbes, pour lui permettre de trouver en lui, suffisamment d’audace, de force et de détermination pour oser se lancer. Car se lancer, ça veut dire se confronter au vide… D’autant plus vrai, dans le cas d’une innovation de rupture ; mais aussi, plus simplement, le fait de devoir se confronter à ce doute permanent sur sa propre capacité à exécuter ce que l’on a, dans un premier temps, simplement, imaginé. C’est comme dans le sport de haut niveau,

Les grands champions réussissent des choses extraordinaires pour une seule et simple raison : parce qu’ils les tentent !

Et ça, Catherine le sait bien puisqu’elle reconnaît, elle-même, avoir puisé naturellement de la confiance dans l’amour de ses proches puis en avoir également beaucoup reçue de la part de ceux qui lui ont confié d’importantes responsabilités opérationnelles. Ainsi, aujourd’hui, elle n’a pas son pareil pour encourager et transmettre cette énergie positive à tous ceux qui se lancent. Et c’est donc fort logiquement qu’on la retrouve, comme tant d’autres, aux côtés de Philippe Hayat, impliquée dans l’association 100.000 entrepreneurs, qui vise à transmettre aux jeunes, l’envie d’entreprendre ; ou encore dans l’initiative « Nos quartiers ont des talents ».

Et justement, couplée à cette idée de confiance, on retrouve cette notion d’exemplarité qui, nous aussi, nous est chère sur Frenchy puisqu’elle est même à l’origine de ce blog ! D’ailleurs, quand on l’écoute, Catherine nous dit que son parcours n’est fait que de rencontres !

Et oui, l’entrepreneuriat n’est fait que d’humain, ne vous y trompez pas !

Et pour Catherine c’est très certainement Marc Simoncini qui sera la source d’inspiration et comment pouvait-il en être autrement quand on sait qu’il lui confia carrément la direction générale d’iFrance. Sur cet épisode, Catherine a confié, qu’à l’époque, elle ne réalisait pas vraiment ce que ce rôle de DG signifiait mais qu’elle avait terriblement envie de suivre Marc dans cette aventure. C’est justement en l’écoutant expliquer sa conviction quant à la force de l’exemplarité des parcours que j’ai décidé d’ajouter cette question qui porte, maintenant, son nom, dans la Frenchy’nterview.

Ensuite, il y a la valeur de l’échec sur laquelle on pourrait s’arrêter longuement tant notre système éducatif, notre culture, nos valeurs, bref tout notre pays gagnerait à assimiler et à intégrer mais VRAIMENT pour nous apprendre à entreprendre davantage et surtout plus naturellement ! Et, justement, Catherine, elle, revendique ses échecs car ils l’ont amenée à se construire. A commencer par celui au concours de Normal Sup, la conduisant à l’ESCP Europe, elle qui se voyait en Agrégée de Philo ! Par la suite viendront la difficulté à rentabiliser un modèle de Cashback ou à articuler une délégation e-commerce et qui lui permettent aujourd’hui d’avoir tout le recul et le vécu nécessaires pour concevoir des stratégies gagnantes pour les clients et startups qu’elle accompagne ! Et elle nous le rappelle :

Un échec est une chance, mais on le réalise seulement après…

Et enfin, qui dit « stratégie gagnante » pour Catherine Barba dit forcément Stratégie Cross Canal et Service Client ! Elle en fait l’apologie depuis des années, notamment dans ses chroniques sur BFM dans l’émission de Philippe Bloch. Et Dieu sait, encore une fois, combien on est à la traine en France sur cette notion de Service ! Elle est pourtant essentielle dans n’importe quelle activité. Sérieusement, ça devrait couler de source !

 

smile

 

On prendrait le risque d’imaginer et de concevoir un produit ou un service, puis de dépenser des fortunes et tant d’énergie pour en faire la promotion et lorqu’enfin, une personne nous ferait l’honneur de rentrer dans l’histoire qu’on aurait fébrilement mais entièrement conçue pour elle, on ne prendrait pas la peine de l’accueillir, de lui faciliter l’expérience, d’être à son écoute, de la remercier ni de recueillir son impression pour continuer à s’améliorer, ça n’aurait aucun sens !

Et bien, pourtant, c’est malheureusement ce que beaucoup trop de commerçants ont encore tendance à faire ! Il est par conséquent si important de le rappeler : Personne n’existe sans ses clients, il ne faut donc pas perdre une occasion de leur dire et de leur montrer ! Et sur ce terrain là, Catherine fait, encore une fois, sans cesse, œuvre de pédagogie !

Voilà, Catherine Barba ce sont toutes ces intentions et attentions réunies en une seule et même personne alors quand elle se livre au jeu de la Frenchy’nterview,

On la remercie 1000 fois et ça donne ça !

 

Frenchy : Votre mot préféré?
Catherine : « Dingue »

Frenchy : Le mot que vous détestez?
Catherine : « Non »

Frenchy : Le son, le bruit que vous aimez?
Catherine : « Le jingle de Good Morning Business »

Frenchy : Le son, le bruit que vous détestez?
Catherine : « Le cri de Windows 8 »

Frenchy : Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque?
Catherine : « Jean-Luc Mélenchon »

Frenchy : La qualité que vous préférez chez un homme?
Catherine : « La bonté ou l’intelligence (ça dépend de l’heure qu’il est) »

Frenchy : La qualité que vous préférez chez une femme?
Catherine : « L’humour (à toute heure) »

Frenchy : Ce que vous appréciez le plus chez vos amis?
Catherine : « Un ami c’est quelqu’un qui te connait bien et qui t’aime quand même »

Frenchy : Ce qui vous faisait rêver étant enfant?
Catherine : « Je rêvais d’être grande pour décider »

Frenchy : Le pays où vous désireriez vivre?
Catherine : « N’importe où avec mon mari et ma fille »

Frenchy : Votre couleur préférée?
Catherine : « Toutes celles des blousons Courrèges »

Frenchy : Votre plat préféré?
Catherine : « Un plateau de fromages »

Frenchy : Vos héros / héroïnes dans la fiction?
Catherine : « Edmond Dantès et Dagny Taggart (La Grève) »

Frenchy : Vos héros / héroïnes dans la vie réelle?
Catherine : « Les femmes qui ont au moins 2 enfants et qui conduisent bien ; Nelson Mandela »

Frenchy : La faute qui vous inspire le plus d’indulgence?
Catherine : « La vanité des gens m’amuse beaucoup »

Frenchy : Que changeriez-vous si vous aviez une baguette magique?
Catherine : « L’humeur des parisiens »

Frenchy : Quelle est votre citation préférée?
Catherine : « Tout dans Les Tontons Flingueurs et Le Grand Détournement »

Frenchy : Si vous étiez un SMS?
Catherine : « J’arrive dans 10 minutes, pardon pour le retard »

Frenchy : L’appli dont vous ne sauriez plus vous passer?
Catherine : « Ma Petite Ville – allez Guillaume ! »

Frenchy : Votre dernier tweet?
Catherine : « Sûrement un bravo ou un merci, je tweete positif »

Frenchy : Votre site e-commerce de référence?
Catherine : « Pas une référence mais un coup de cœur : Leetchi, évidemment »

Frenchy : Votre dernier achat sur mobile?
Catherine : « Une course de taxi »

Frenchy : Ce qui vous séduit à tous les coups?
Catherine : « Demandez à mon mari »

Frenchy : La question Catherine Barba – L’entrepreneur qui vous a donné envie de devenir entrepreneur?
Catherine : « Il sait qui c’est, j’arrête de lui faire de la pub maintenant ! »

Frenchy : Quel est, selon vous, le secret du bonheur?
Catherine : « Savourer les plus petites choses chaque jour, se souvenir qu’on a beaucoup de chance, ne pas perdre une occasion de dire aux gens qu’on aime qu’on les aime ! »

Frenchy : Si vous étiez un dessert ?
Catherine : « Un chariot de fromages, avec un bon Clos Canarelli« 

 

 

La question de l’expert

 

François Momboisse Président de la FEVAD@fmomboisse

Francois_Momboisse

Catherine, toi qui as écrit que « le magasin n’est pas mort », quelle est la 1ère chose que tu conseillerais* à un/une responsable de magasin qui veut se lancer dans le numérique?

*à part lire ton livre bien sûr !

Catherine :

En fait je lui donnerais 13 conseils – pour lui porter chance !

1. Sois positif et confiant, car réussir c’est d’abord un état d’esprit.
2. Concentre-toi sur tes points forts : ton sens du client, ta passion du service ; tu es un commerçant, n’oublie jamais que c’est un métier extraordinaire car tu crées du lien social, de l’échange, du partage, toutes ces valeurs humaines dont on a tant besoin car elles donnent du sens.
3. Considère qu’à partir de maintenant tu as deux métiers : être le meilleur vendeur de (lunettes/ pain/ bijoux/livres/… ) du quartier et animer une communauté, en utilisant ce satané Internet, Facebook, Twitter…
4. Investis en priorité sur le mobile, car c’est ton premier canal de contact avec tes clients.
5. Utilise ton site pour faire venir les gens dans ton magasin. C’est ta vitrine, ton média, c’est là que tu vas créer le désir de venir voir, toucher, sentir, essayer tes produits chez toi.
6. Mets de l’humain, de la chair, transmet tes valeurs et ton état d’esprit dans chaque message que tu envoies car c’est ça qui te rend unique. Fais un site qui sourit comme toi quand tu accueilles tes clients dans ton magasin ! Et sur ton site, dans tes newsletters, tes sms, parle à tes clients avec ce ton qui n’appartient qu’à toi, comme tu aimerais que l’on te parle.
7. Ne perds jamais une occasion de dire à ton client qu’il compte pour toi et combien tu te soucies de sa satisfaction.
8. Rassemble le maximum d’infos sur chacun de tes clients ; tu personnaliseras d’autant le service que tu apportes, et tant mieux car le client aime être reconnu et recevoir des attentions sur mesure.
9. Donne chaque fois que tu le peux la parole à tes clients, écoute-les, prend en compte leurs remarques, n’aie pas peur des critiques. Répond aux commentaires négatifs avec humilité.
10. Associe-toi à quelqu’un qui a un « super pouvoir » indispensable pour réussir dans le digital : un ingénieur, développeur, expert en référencement, un petit gars (ou une fille !) technique, agile, curieux, analytique.
11.Tente des trucs, essaie, innove ; le digital est nouveau pour toi mais il l’est pour tout le monde, on apprend en marchant, et il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais. Teste tout.
12. Et dans tout ça, fais-toi confiance, fie-toi à ton bon sens de commerçant. Tu réussiras !

13. Ah oui et aussi bien sûr : adhère à la Fevad ;)[/quote]

 

Les questions de la communauté

Hervé Bourdon – @valvert :

Catherine, si tu avais une baguette magique, que désirerais tu changer dans le monde du e-commerce ? (je sais qu’en fait tu es une fée, alors choisis bien !)

Catherine : Je ferais en sorte que la marge générée par les ventes en ligne permette de couvrir à la fois les frais de production du site (avec de belles images et des videos cliquables), les frais logistiques (drones inclus) et les frais marketing. Bref on nagerait dans la rentabilité.
Hervé : réponse faite à 23h23 😉

Cristina Cañero Morale – @cristina_canero :

On se pose souvent la question de savoir pourquoi n’y a t-il pas plus de femmes dans l’univers Tech mais j’aimerais renverser le point de vue, en vous demandant : Catherine, qu’est qui vous plaît dans le fait de travailler dans un tel univers?

Catherine : Il y a plein de garçons intelligents et de filles marrantes et vice-versa !

Que pensez-vous des drones d’Amazon?

Catherine : Bien vu pour attirer l’attention et plus onirique que les coulisses des entrepôts, non ?

 

 

Pour continuer à découvrir l’univers de Catherine :

– L’interview L’envers de L’Eco

– L’interview BFM Business

– L’interview L’Appart

.

A propos de Catherine Barba Group :

Ne vous fiez pas à son nom mégalo : CB Group est 100% tourné vers ses clients, pour innover sur le cross-canal, le mobile, le commerce de demain. Avec toujours la passion du client et du travail bien fait.

Retrouvez Catherine Barba sur Twitter.

(Visited 65 time, 1 visit today)