Claire Cano, Co-fondatrice de Luckyloc

(TEDx Champs Elysees Women Dec2013) Claire CanoBW (26)

Elle n’a pas froid aux yeux, Claire… Ici dans le tout nouveau format de la maintenant célèbre Frenchy’nterview !

Cette dernière Frenchy’nterview de l’année est un peu une forme de retour aux sources, avec pour casting une jeune Co-fondatrice de start-up et une version re-visitée du désormais fameux questionnaire… Celui-ci se voulant un plus dense afin de renforcer toute sa singularité… Et pour l’occasion, j’ai même souhaité retenir certaines de vos suggestions, issues de la page Fan, on retrouve, ainsi, dedans, un petit peu de Stéphanie, Anthony et Héloïse, fidèles parmi les fidèles, Frenchy étant maintenant une vraie communauté !

J’espère qu’elle vous plaira ? En tout cas, sachez bien que ceux qui acceptent de se prêter à l’exercice me confient souvent que l’expérience est, pour eux, loin d’être neutre, nécessitant un vrai retour sur soi, loin d’être facile à effectuer…

J’en profite ici pour les remercier, tous, une nouvelle fois et très sincèrement !

L’authenticité étant ici une réelle quête de chaque instant !

Et la première à s’y essayer est Claire Cano, Co-fondatrice de Luckyloc – [highlight]Location de véhicules à 1 €[/highlight] – et je trouve que cela tombe plutôt bien, vous allez voir…

Mais avant de commencer, je voudrais remercier Béatrice Duboisset, organisatrice du TEDx ChampsElyséeWomen, puisque c’est Béatrice qui m’a soufflé le nom de Claire

Ce qui m’a interpellé direct chez Claire, c’est sa capacité à restituer à merveille et le plus simplement du monde les clés et autres filtres mentaux nécessaires pour embrasser le destin d’entrepreneur et ce malgré son jeune âge…

Mine de rien… comme ça, en totale simplicité et humilité, elle envoie, Claire !

C’est quoi l’expression consacrée…?

Le talent n’attend pas le nombre des années… 

Non seulement, elle les restitue mais surtout elle les met en pratique et se les applique à elle-même…

Ça me donne un peu l’impression qu’alors que d’autres mettront toute une vie pour en arriver là…

Il en est, pour Claire, de l’ordre de l’évidence et qu’il est par conséquent important de faire résonner de telles leçons de vie…

Tout d’abord il y a ce goût pour l’aventure, vous savez, cette route la moins empruntée sur laquelle pourtant, votre vie, va enfin, réellement, pouvoir commencer…

Pour Claire, il a s’agit, avant même de monter sa start-up, de choisir la destination la plus éloignée, la plus extrême pour y effectuer une année d’échange universitaire dans le cadre de ses études à HEC : La Nouvelle-Zélande. Et comme par hasard, la vie étant ce qu’elle est, ce sera, de ces contrées du bout du monde que Claire ramènera l’idée qui est aujourd’hui à la base du concept de Luckyloc :

Faire rapatrier un véhicule opportunément au gré des trajets d’utilisateurs !

alison-turner-travel-vanscape-nouvelle-zelande-01

Crédit Photo : MaxiTendance

Ensuite, il y a cette idée extrêmement forte et simple :

Vous ne serez bons que dans ce que vous aimez donc ne faîtes que ce vous aimez pour être bons dans ce que vous faites…

Pour l’illustrer Claire nous confie ce qui peut paraître de l’ordre de l’anecdote mais qui, j’en suis sûr, vous parlera :

Petite, je voulais faire du foot mais on m’a inscrite à la danse… Devenue grande, je me suis mise au foot… Résultat : en tant que buteur, je me suis épanouie et ai reçu bien plus de gratification que la piètre danseuse que j’étais, comme qui dirait… Un peu toujours à côté de ses pointes…

Voilà c’est ça Claire, en passant, comme ça, sans en avoir l’air, elle vous livre l’essentiel…et encore le plus fondamental est à venir…

Puisque, et je pèse mes mots, si l’on si réfère à la lettre, cela peut changer jusqu’à la destinée de notre Pays et réussir à en faire une vraie Start-up République !!!

En tout cas, Claire aussi se revendique Patriote !

GO GO GO FRENCHIES !!!

 

14349311690_a427e6f9bd_k

Crédit Photo : France Digitale / Eventpixr

Car non contente de nous inciter à prendre le large, à tenter l’aventure en nous consacrant à ce qui nous anime le plus… Claire nous invite :

A le faire là, tout de suite, maintenant, sans plus attendre… Parce que ça urge !

Ainsi, Claire s’est lancée à 23 ans, directement après ses études…exécutant cette idée qui l’avait tant enthousiasmée, lors de son voyage en Nouvelle Zélande…sans se poser plus de questions !

Mais Claire confie aussi que, pour elle, cette prise de conscience est, pour partie, issue d’une confrontation avec la maladie… Rendant son témoignage encore plus poignant et riche de sens…

Alors le moins que l’on puisse faire, c’est d’en faire bon usage et surtout d’exprimer une immense gratitude face à ce qui s’apparente, être formidable concentré, mais en accéléré, du sens de la vie…

Faîtes ce qui vous tient le plus à cœur et commencez dès maintenant…

Je vous avais prévenu…

Vous retrouverez tout cela dans son talk TEDx, exemplaire de maturité, de précocité et de générosité… A faire tourner encore et encore !

 

Vous le savez, le propre de Frenchy est de tenter de créer comme des instants de grâce, se voulant inspirants pour tous et cela repose essentiellement sur son casting, parmi ceux qui savent se raconter en dehors de leur produit, qui acceptent de prendre de la distance sur leur exécution pour incarner ce statut de « rôle modèle », capable de stimuler et transmettre l’émulation entrepreneuriale…

Ainsi, alors que je me retrouve contraint de décliner régulièrement des propositions de Responsables RP ou autres Community Managers qui se présentent, avec leur « founder » sous le bras, sous prétexte de lancement ou d’actualité, sans véritablement comprendre ce qui nous anime ici… Il ne m’a fallu que 3 minutes de visionnage de l’intervention de Claire au TEDx ChampsElyséeWomen pour réaliser, que du haut de ses 25 ans, j’allais pouvoir lui dédier un portrait…

Et ça, c’est, pour moi, à chaque fois, une vraie satisfaction !

Bretonne d’origine, il y a chez Claire cette attirance pour la nature, les voyages et les grands espaces ce qui me fait dire que :

Monter sa boîte à la sortie de ses études était peut-être sa façon, à elle, de prendre le large et de se lancer dans la grande aventure…

Quand vous la rencontrez, Claire est extrêmement calme, posée, terriblement à l’écoute, mais on ressent en même temps, chez elle, une grande détermination…

visuel-claire-cano_o

Crédit photos : Olivier Ezratty/Opinions Libres

Comme l’impression qu’elle sait très bien où elle va, qu’elle garde son cap… mais sans jamais en rajouter, tout en sobriété !

Une force tranquille… à n’en pas douter !

D’ailleurs, elle ne s’imaginait pas forcément dans le web, qu’elle considérait, de l’extérieur, peut-être, un peu trop, geek et « m’as-tu-vu ? » pour elle, mais elle réalisera, par la suite, que :

Ce sont des gens comme nous, en fait…

Et lorsqu’elle rencontrera Jacques-Antoine Granjon, il se définira, avant tout, comme un commerçant… et ça… par contre, ça lui parlera !

Vous verrez, Claire revendique plusieurs autres entrepreneurs, en tant que rôles modèles dont son Papa qui, lui, équipe en gros matériel informatique les éleveurs et exploitants agricoles, de Bretagne :

Il est toujours à fond mon père, d’une énergie folle !

Et lorsque je vous la dépeins en aventurière qui s’est lancée en faisant un prêt étudiant pour constituer son apport en Capital de départ… et bien c’est vrai, mais il n’empêche que la démarche était on ne peut plus réfléchie en fait, puisque pour Claire :

Il n’y avait vraiment rien d’extraordinaire à monter sa boîte, à la sortie d’HEC, car elle aurait toujours eu la possibilité de basculer vers le Conseil si cela ne marchait pas…

Un risque, somme toute, calculé, s’il on en croit Claire mais qui continue, tout de même, d’épater ses copines de Lorient et nous avec !

D’ailleurs pour Claire pas de quoi fanfaronner ! Selon elle, la réussite serait de réussir à créer un nombre important d’emplois !

Vous en connaissez beaucoup des CEOs de 25 ans qui citent spontanément cette métrique en KPI…?

Elle revendique aussi la plus grande satisfaction à avoir permis à l’un de ses anciens stagiaires de, selon ses propres dires, s’être radicalement transformé, au cours de son expérience chez Luckyloc. Claire reste d’ailleurs très imprégnée du désir de réussir à créer, le plus tôt possible, une culture d’entreprise propre à stimuler l’épanouissement de ses équipes et leur insuffler l’esprit de créativité et d’innovation.

Quand je vous dis qu’elle est extrêmement à l’écoute Claire, c’est que pendant notre échange, elle a commencé naturellement par me faire « beaucoup de place », m’invitant à me raconter, moi aussi, un peu comme si on avait échangé les rôles, ce qui était pour le moins inhabituel, en mode :

Vas-y je te dirai après, moi aussi, ce que dit ma mère…

Ce qui est marrant c’est qu’avec Idris Hassim, son Co-fondateur, il s’est passé, aussi spontanément, à peu près, la même chose lorsqu’on s’est rencontré, un peu avant et complètement par hasard.

Ce qui me laisse penser qu’ils se sont bien trouvés et font parfaitement la paire… Tout en écoute, modestie et simplicité !

Et lorsque Claire attend son tour chez BFM, avant de passer sur le plateau, elle s’entend, parfois, encore demandée :

Où est le PDG de Luckyloc ?

 

Selon moi, Claire représente très bien cette nouvelle génération d’entrepreneurs qui incarne à merveille cette vision de « Start-up République » qui nous anime tous… Alors je n’ai pas résisté à l’inviter à se prononcer sur la gouvernance de l’Etat.

Et là encore, Claire m’a surpris mais finalement, bien considéré :

Claire m’a fait du Claire… Posée, lucide et toujours très riche en enseignements !

concertation_republique_numerique-600x268

Crédit Photo : Journal du Geek

Des fois, je me dis que, dans le fond, François Hollande, il est comme nous… à devoir aller chercher des points de croissance toujours et encore […] Mais je me demande si nous ne sommes pas déjà entrés dans une ère post-productiviste qui devrait tous nous inciter à nous ré-inventer plus globalement… Le Mieux ayant vocation à prendre la place du Plus !

Et ça tombe bien car il y a de ça dans la proposition de valeur de Luckyloc, comme dans toute l’économie collaborative.

Je crois également que nous sommes effectivement en train de changer de paradigme, à la lumière de la révolution numérique déjà enclenchée, des technologies annonciatrices de nouvelles formes d’intelligence, le tout, je l’espère, au service d’une humanité qui se voudra augmentée donc renforcée ? Complètement en ligne avec cette quête du Mieux évoquée par Claire

Mais tout cela dépendra de nous, alors… Are you In?

Ainsi, je suis convaincu que face à toutes ces interrogations qui s’offrent à nous, Claire et tous les entrepreneurs de sa génération ont bien des éclairages à transmettre…

Alors quand Claire se prête au jeu de la Frenchy’nterview, on la remercie 1000 fois et ça donne ça !

 

Frenchy : Votre mot préféré ?
Claire : « Énergie »

Frenchy : Votre son préféré ?
Claire : « En ce moment Lilly Wood« 

Frenchy : Si vous pouviez rencontrer n’importe quelle personne vivante ou décédée, ce serait ? Et vous lui diriez quoi ?
Claire : « Simone Veil, je lui dirais bravo et merci. »

Frenchy : A quoi rêviez-vous étant enfant ?
Claire : « De partir faire le tour du monde. »

Frenchy : Vos héros d’aujourd’hui, dans la vie réelle ?
Claire : « J’aime des acteurs un peu anti-héros, Romain Duris parce qu’il représente notre génération paumée, en recherche, créative. »

Frenchy : Votre odeur / saveur / parfum préféré(e) ? (Stéphanie C.)
Claire : « Une crêpe miel citron »

Frenchy : La faute qui vous inspire le plus d’indulgence ?
Claire : « Je hais les fautes d’orthographe. Les gens avec qui je travaille en ont marre ! »

Frenchy : Pensez-vous avoir un talent ? Lequel ? (Héloïse D.)
Claire : « Pas forcément un talent mais quelques qualités, je pense à la communication notamment. »

Frenchy : Que changeriez-vous si vous aviez une baguette magique ?
Claire : « L’humeur des gens. »

Frenchy : En quoi vos échecs vous ont-ils aidé ? (Anthony C.)
Claire : « Ils m’ont rendu solide et m’ont fait relativiser. »

Frenchy : L’endroit où vous avez pris l’habitude de vous ressourcer ?
Claire : « Chez mes parents, lors d’un footing à la mer, à Keguelen (près de Lorient) »

Frenchy : On vous donne 100 € à dépenser dans la journée, vous en faîtes quoi ?
Claire : « Je fais un cadeau à mon copain ou j’achète des livres. »

Frenchy : Ce qui vous séduit à tous les coups ?
Claire : « L’humour et la timidité. »

Frenchy : La décision la plus dure que vous ayez eu à prendre à ce jour ?
Claire : « Licencier ou garder quelqu’un. »

Frenchy : La chose la plus folle que vous ayez faite à ce jour ?
Claire : « Le marathon du médoc (d’ailleurs, j’ai pas fini… ) »

Frenchy : La dernière chose qui ait fait de vous une personne plus forte ?
Claire : « Un contentieux juridique… C’est notre petit côté « Uber » , je suppose? La vie est belle… »

Frenchy : Y-a-t-il un entrepreneur qui vous ait donné envie de devenir entrepreneur ?
Claire : Oui : Frédéric Montagnon, Damien Piganeau, Antoine Brenner, Mon père. »

Frenchy : Quel est, selon vous, le secret du bonheur ?
Claire : « La joie et la tranquillité intérieure. »

Frenchy : La FrenchTech en un mot ?
Claire : « Complexée (vis à vis des US notamment. Et elle ne devrait pas) »

Frenchy : La « French Touch » en un mot ?
Claire : « On m’a dit lors d’une conférence « you’re so French » ! Je ne sais pas pourquoi cette remarque mais j’étais ravie. L’élégance et l’humilité peut-être ? »

Frenchy : Si vous pouviez être témoin d’un événement passé, présent ou futur… Ce serait ?
Claire : « La seconde guerre mondiale. J’aurais aimé participer à sauver notre pays de façon très concrète. Aujourd’hui, le challenge n’est plus si évident. »

Frenchy : Quelle est la 1ère chose que vous feriez si vous étiez invisible pendant une journée ?
Claire : « Je ne ferai rien. J’aime les secrets, et je n’ai envie d’espionner personne. »

Frenchy : La chose que vous aimeriez apprendre ?
Claire : « Le ski »

 

Découvrir l’univers de Claire :

BFM Business

Horizon Entrepreneurs

TEDx ChampsElyséeWomen

A propos de Luckyloc :

LuckyLoc.com, location de voitures et d’utilitaires pas cher : rapatriez des véhicules de location et bénéficiez en échange d’une location à 1 euro !

Retrouvez Luckyloc sur Facebook et Twitter.

Crédit photos : Olivier Ezratty/Opinions Libres